Couleurs d'étoiles

Un blog exploratoire

plus

15.7 stage tempera chez Okhra, avec David Cranswick (2008)

Je copie/colle cette entrée de 2008, tiens ça fait pile 4 ans, quelle patience...

Citation du jour
"Voilà, voilà, comme je dis toujours..."

14.7.08  Stage sur peinture à la tempera, aux pigments naturels. Je rentre à l'instant, je publie pour me rappeler mais commenterai après. C'est pas que je suis snob, mais le stage était en anglais, mes notes le sont. Je traduis pas toujours, à vous de deviner... J'y ai appris à fabriquer la tempera, à préparer les panneaux, à peindre à la tempera et à progresser grisaille -> final.

Parmi les tableaux que David propose de copier en tempera, j'ai choisi un Piero della Francesca qui se trouve à Urbino: la madonne de Senigallia; (se trouve à Urbino), 1415-1487. J'ai photographé l'évolution, je noterai les commentaires pour me rappeler les détails techniques.

En gros:

  • choisir un tableau à copier

  • copier à main levée sur un papier à dessin les lignes de force du tableau, pour s'imprégner des choix de l'auteur

  • copier le dessin à main levée sur un calque

  • enduire le calque, au dos, de poudre de sienne brûlée (celle qui pénètre le mieux dans le papier calque), en appuyant fort; éliminer le surplus

  • déposer le calque sur le gesso et reproduire au crayon, en appuyant semi-fort

  • puis underpainting: placer les premières couches uniformes

  • le mélange tempera de DC: jaune d'oeuf, gouttes de vinaigre et diluer d'eau selon les cas

  • Commencer par deux couches de tempera transparente diluée moitié eau, utiliser cette couche même quand on recommence le jour suivant, permet d'imperméabiliser, permet de trap the light et enrichira les couleurs
    ½ verdaccio et ½ tempera = A
    ½ A et ½ eau = couche de fond

  • NB Strokes, pas d'aller retour, pas de criss cross simultané, sauf quand sec
    ATTENTION toujours remuer dans le bol sinon aura traits de couleur différente

  • ombrer Puis construire les ombres comme si on dessinait au crayon: rayurer, jusqu'à 5 couches

    • calculer mid tone, dark tone, light tone

    • Autre solution pour plus avancé: large trait, puis eau à droite, puis blend vers la gauche

  • On commence à "Peindre" quand les ¾ sont faits en underpainting

    • préparer pigments au fur et à mesure

    • commencer par le fond

    • trouver les tons de noir

    • Corriger: frotter à l'eau quand c'est tout de suite, sinon scrape avec blade

 

xxx

 
départ (info erronée de la part de David, car je me suis rendu compte en le copiant que l'original était de l'huile et non de la tempera) arrivée, c'est un peu du coloriage, mais il faut suivre sa méthode à lui, n'est-ce pas? Je préfère le look du mien, d'ailleurs, pardon Piero...
dessin main levée sur papier que je décalque sur le panneau avec de la terre sienne brûlée sèche , frottée au dos du papier
   
après deux couches de tempera transparente, on applique deux couches de verdaccio uniformes    
UNDERPAINTING : trouver les midtones, les high tones et les low tones, une grande première pour moi. Tout en verdaccio (ocre jaune, pointe de noir, soupçon de terre de sienne brûlée).
  • Verdaccio: Bpc jaune ocre + un peu de noir de vigne + encore moins de sienne brûlée pour salir + du blanc pour donner du corps sinon trop transparent (ici pas de plomb => 1/3 titane 2/3 zinc)
  • verdaccio plus vert pour soutenir peinture finale plus chaude: plus de noir

  • verdaccio plus rouge pour final plus cool: plus de sienne brûlée

 

 
OMBRER commencer la peinture alla tempera par le fond: plusieurs noirs. Pigments: noir oxyde, ocre jaune, terre de sienne brûlée, blanc de Zn/Ti (deux tiers un tiers). Ai rajouté en cours de route un peu de jaune de Naples clair et d'outremer.

puis dessiner les blandcs

 
 
  zut photo un peu jaunâtre...
 

J'en ai profité pour photographier l'évolution du tableau de mon collègue d'une semaine (Lex), qui a déjà 7 ans de peinture derrière lui. J'y arriverai bientôt...

 
 
   
   
 

 

Préparation surfaces, voir article gesso

vernir le tableau?

les iconographes anciens vernissaient; DC n'aime pas pcq étouffe les couleurs
l'idéal serait du vernis à l'acétone qui est plus mat
ou du vernis à la cire:
1. mélanger 1/3 de cire d'abeille et 2/3 de turpentine
2. laisser dissoudre pendant trois jours
3. ajouter 20% dans le vernis pour faire soft satin (quel vernis?)
Autre solution: glaire selon David
NB 2011 glaire peu efficace selon mes recherches;  trop cassant; je vais essayer à la cire après avoir nettoyé le tableau qui a 3 ans tout de même...

Détail technique

Peindre ligne sans appuyer et sans bâton spécial

 

Suggestion d'imprimatura et glacis à l'huile selon David C.

ma question: "si je veux transférer cette approche à l'huile"? Réponse de DC. Je calcule en « séances » pour évaluer le nombre de jours que cela prendra à l’huile.

  • 1/ préparer panneau ou toile gesso etc.

  • 2/dessin (avec plume spéciale)

  • 2a/imprimatura : half of linseed oil with another half of damar varnish, plutôt rougeâtre (garance pour les zones foncées, cadmium pour autres).

  • 2b/ qd sec au toucher, gratter au rasoir pour alléger ou mettre accent au titane en tempera 

  • 3/ qd très sec (parfois +s jours) couche uniforme de glacis ocre jaune sur le tout (cadmium yellow +très peu de blanc zinc)

  • 3a/ qd humide encore, souligner accents en tempera blanche

  • 4/ qd très sec (parfois +s jours) couche choisie de glacis bleu céruléum : dense sur les ombres et léger sur la clarté (parfois bleu de prusse pour dark tones)

  • qd humide encore, souligner accents en tempera blanche

  • 5 : début de la réelle peinture au glacis et terminer par un highlighting
    de 5 à 10 séances (comme recommandé par les maîtres : 6 remises à niveau des highlights en blanc)

  • séance 11 : peinture semi-opaque finale : poser couleurs denses non diluées ou quasi (a little bit of Venetian or evaporated turpentine) sur les zones qui doivent être de couleurs pures. Si termine avec highlight à la tempera, couvrir d’huile pour éviter le jaunissement ultérieur (??).

2012: copié cette image d'écran d'une vidéo de L Velasquez, explicite bien le processus