Couleurs d'étoiles

Un blog exploratoire

plus

Clarifier l'huile - tests septembre 2012 - page 4

12.9 Après mes longues conversations par mail avec G, expert en huile et en peinture, je recommence un lavage d'huile de lin et de noix, définitif cette fois-ci, et non expérimental (enfin plus trop). Il me reste +- 2 litres d'huile de lin, +- 2 litres d'huile de noix. Je devrais avoir largement assez pour l'année qui vient, même si je perds la moitié des doses lors du lavage. ce sera en tout cas bien moins cher que si je devais acheter des huiles pures claircées soleil (l'oleum crassum italienne chez Kremer coûte 273 euros le litre ...).

Je suivrai la procédure suivante, un peu différente de celle que je proposais ci-dessous en août.

Bocal 1 - Lin (technique inspirée de 5.20.10.6 de Tad Spurgeon - à noter: achetez son livre pour la technique avérée, j'expérimente ici un peu) - je souhaite une huile qui ne jaunit pas, film assez solide, transparence, etc; mais qui ne sèche pas trop vite:

  • 1/ 13.9 J'ai mélangé 1,65l d'huile de lin Vigean à 1,5l de vodka (bas de gamme de chez Dhz); en remuant à l'aérateur d'aquarium (ou secouer très souvent) pendant 12 heures.
  • 2/ 14.9 J'ai transvasé le tout dans un grand tupperware pour pouvoir séparer l'huile de la vodka (perte d'huile voir photos).
    Ensuite, bain-marie à 60-70°C sans aérateur pendant une heure, pour éliminer tout l'alcool (et l'eau, puisque la vodka est composée de mi-eau mi-éthanol), je suppose que c'est l'objectif des points 2 à 3 de la première technique ci-dessous.
    Mon bain-marie: une casserole reposant sur une autre, fond d'eau bouillant feu max; l'huile ne dépasse jamais 70°C selon le thermomètre à laser. Alcool: on sent la disparition à l'odeur; en fin de course j'ai goûté l'huile pour être sûre.
  • 3/ j'ai ajouté à ce qui restait (1,25l) d'huile 3,5 litres d'eau déminéralisée NON salée
    ce premier jour, je secoue souvent, au fouet suédois (autre solution: fermer le bocal et le secouer; solution bis: mixeur à soupe)
    je laisserai la séparation se faire au calme, à la lumière, en remuant trois fois par jour. Le bocal est sur l'appui de fenêtre de la cuisine, afin que je n'oublie pas de le remuer.
  • 4/ Je vais le 21.9 ôter le break et changer l'eau toutes les semaines -> semaine 7.  Mon repère: le samedi, facile à retenir.
    Evaluations le 14/10 puis le 4.11 (il se peut que le processus soit plus rapide, vu la qualité de chez Vigean).

NB 20.9: Je n'ai pas tenu le protocole.

J'ai imaginé une technique d'interventions moins longues (le reste sera toujours aussi long, au grenier), une des motivations étant que je n'ai pas toujours l'esprit à faire ces expériences, je tiens la concentration une semaine mais quand le boulot prend le dessus, je risque d'oublier de surveiller mon petit hobby. J'essaie donc de concentrer le procédé de lavage en une semaine. Les huiles Vigean sont déjà filtrées sur buvard, elles sont déjà plus propres à la base, j'imagine? Point 3.

J'ai installé dès le jour 2 la pompe huit heures par jour dans chaque bocal, pour accélérer le contact huile/eau; j'ai filtré chaque jour, c'est à dire:

1/ j'ai laissé le mélange se reposer quelques heures après l'arrêt de la pompe

2/ j'ai ôté à la louchette l'huile propre et transvasé dans un bocal de transit; le break et la fine couche d'huile irrécupérable partent dans un petit bocal de seconde récup'

3/ j'ai reversé l'huile propre dans le bocal de base, sans le laver, ave la même eau (sauf le 19.9, où j'ai changé les 3 litres d'eau); j'ai relancé la pompe.

 J'arrêterai samedi, pour des raisons familiales: je dois gérer leur seuil de tolérance pour le bruit et l'envahissement de l'espace commun. Je ne peux pas pratiquer cela à l'atelier, je n' y suis pas assez souvent. J'ai trouvé ce procédé comme parade pour pouvoir utiliser la cuisine. La motivation n'est pas le temps, car le procédé ne prend pas beaucoup de temps (2 minutes pour louche, transvaser, etc.).

Dès vendredi 21, après six jours de pompe intensive, dernier lavage en changeant l'eau puis l'huile de lin partira au grenier pour se reposer à la lumière jusque fin octobre. Je laverai la noix à l'eau non salée encore deux jours, avec pompe; la noix partira rejoindre miss lin en haut.

NB 21.9 Après tous ces lavages sur 7 jours, j'ai récupéré 0,6l d'huile de lin sur 1.65l de départ, soit environ un tiers alors que selon Tad et G. j'aurais dû perdre un tiers. La prochaine fois, je calculerai la densité de départ car, avec la pompe, l'huile s'est peut-être bien densifiée? Pour 2 litres d'huile de noix, j'ai récupéré 1,1 litres -> perdu un peu moins de cinquante pour cent (probablement parce que lavée SANS la technique vodka?). Autre hypothèse: je prélève l'huile trop vite (7 heures après arrêt de la pompe), je devrais attendre plusieurs jours...

Bocal 2 - Noix (technique inspirée de 5.20.10.5 de Tad Spurgeon - à noter: achetez son livre pour la technique avérée, j'expérimente ici un peu) - je voudrais les mêmes effets que pour le lin, mais que l'huile sèche en plus très vite -> j'intègre du sel.

  • 1/ 14.9 J'ai versé dans un grand bocal en verre 2 litres d'huile de noix Vigean et 3.5 litres d'eau salée à 500g de sel ordinaire
  • 2/ ce premier jour, je secoue souvent, au fouet suédois (autre solution: fermer le bocal et le secouer; solution bis: mixeur à soupe)
  • 3/ je laisserai la séparation se faire au calme, à la lumière, en remuant trois fois par jour la première semaine mais ce 15.9 il y a déjà un beau break (voir photo ci-dessous), je ne résiste pas à transvaser pour ôter ce break; j'en profite pour remettre 3.5 litres d'eau neuve, salée à 500g
  • 4/ le 21.9 j'ôterai le mucilage et changerai l'eau salée; idem toutes les semaines -> semaine 5.
  • 5/ idem, mais à l'eau non salée pendant deux semaines supplémentaires
    évaluation le 14/10 puis le 4.11
    NB 20.9 voir ci-dessus, j'ai changé le protocole.

Note technique: le plus difficile est de prendre l'huile qui surnage, sans le break, en ne perdant pas trop d'huile. Dans mon cas, je ne m'acharne pas sur la dernière couche et je joue sur deux plans pour ne pas trop me culpabiliser:

1/j'achète l'huile en gros, je me dis que je perds pas trop de sous; 

et  2/ je donne le reste au chien.

Ma chienne boit l'huile et mange le beurre, elle préfère ça à tout! (Au passage, pour les initiés à mes topos, elle n'a quasi plus de crises d'épilepsie...).

Donc j'ôte l'huile la plus  pure à la louchette (voir photos), et dès que je ne peux plus éviter de break, j'arrête. C'est comme un jeu entre le break et moi: il joue à sauter dans la louche et je joue à le leurrer. C'est un tour de main à prendre. La couche proche du break, le break et un peu d'eau sont transvasées à la louche dans un tout petit bocal (voir photo 10);  je laisse reposer et je récupère encore pas mal d'huile. Ce petit bocal fait 8cm de diamètre comparés aux 20cm du grand bocal.

Détail pratique: quand on transvase à la louche, tremper le cul de la louche dans l'huile après avoir prélevé, ça empêche le gouttage (ouep, comme pour servir la soupe). 

     
installation avec aérateur (sur mousse pour le bruit, car c'est vite casse-pieds): huile baignant dans la vodka aérateur qui fait des grosses bulles mais je tournicote un peu au fouet suédois parce que bon il faut que j'y mette mon grain de sel      
       
après je transvase et ôte ce que je peux de la couche d'huile qui surnage,
puis je passe au bain-marie une heure (pas de photo)
puis je transvase dans un géant bocal trouvé au grenier, avec l'eau non salée
- huile de noix: ça commence ici, à l'eau salée, pas eu de prélavage à l'éthanol
       
     
pour rincer, j'ôte l'huile claire en laissant de côté la couche de break, cette mousse qu'on voit dans le fond de la louchette il me reste ceci au dessus de l'eau (ce sera la pâtée du chien)      
       
photo 10: je transvase d'abord dans un plus petit bocal, pour encore récupérer un chouïa.
L'huile lavée retourne dans le bocal pour une journée supplémentaire.
à gauche: eau non salée, à droite eau salée; je viens de tourbillonner les deux; on voit clairement la réaction différée des deux eaux
celle de gauche mettra plus d'une demi heure à s'éclaircir, à se "déturbider" mot que je viens d'inventer
       
       
jour 5: on voit mieux la couche de break? pour tout à fait bien voir, j'ai filtré la dernière couche du jour 5 dans un entonnoir avec filtre à café. J'aimerais quand même savoir ce qu'il y a exactement là-dedans: des gommes oui mais encore?        

 

Mon tableau de timing, pour que je me rappelle la prochaine fois (enfin, si ça s'avère fonctionnel)

  bocal 1 bocal 2 bocalrécup3 (petit) bocalrécup4 (petit)
7h brancher pompe écumer huile de veille au soir,
transvaser break dans b4
écumer huile de veille soir et reverser dans b1; jeter reste  
14h arrêter pompe amorcer pompe   écumer huile de matin et verser dans b2; jeter reste
21h écumer huile de midi, transvaser break dans b3 arrêter pompe    

ancienne proposition d'août (dans un mail à G. en août, ses commentaires sont en gras) . Je propose cette technique-ci, selon ce que j’ai compris de nos mails et de la dernière version que Tad m’a envoyée par pdf. L’autre technique, plus simple et plus longue, serait de mélanger 1  volume d’huile 2 volume d’eau et du sel ; agiter très fortement plusieurs fois par jour le jour 1, puis une fois par jour pendant une semaine ; durée 5 semaines ; continuer encore deux semaines, mais sans sel.

1. jour 1 : 1 volume d’huile de lin Vigean 1 volume de  vodka – idem avec huile de noix de chez Vigean ; dans un bocal rempli au maximum au tiers ; bien émulsifier régulièrement (à la pompe d’aquarium ) pendant une journée

NB G.: la pompe est une bonne idée: si l'huile sèche si vite c'est que cette pompe introduit une grande quantité d'oxygène et que l'huile commence déjà à s'oxyder pendant ce lavage; attention à le pression, au bouchage des tuyaux ? je n'ai jamais utilisé de pompe, mais un agitateur magnétique de labo.

2. Fin jour 1 : ajouter 3 fois le volume d’eau déminéralisée NON SALEE (j’utilise celle qui sort du séchoir, c’est de la vapeur condensée, donc exempte de minéraux) ; bien émulsifier  pour mettre en contact.

3. Jour 2 matin : eau/éthanol seront une couche opaque, l’huile claire qui surnage peut être ôtée ; si elle n’est pas encore claire attendre jour 3.

4. ajouter à cette huile prélevée trois fois son volume d’eau déminéralisée additionnée de 150g de sel par litre d’eau utilisée (la recette de Tad n° 5.20.10.4 = 170g de sel pour 1 litre d’eau et ¾ litre d’huile), secouer le plus souvent possible (au moins une fois par jour, si possible plusieurs fois); laisser à la lumière, derrière une fenêtre (ou dehors, protégé par plaque de verre) pour profiter de l’effet polymérisant de la lumière (plus efficace si pas de verre, mais poussières et insectes, quand ce n’est pas léchage par chat ou chien, adieu belle couvée) ;

  
5. Remplacer l’eau salée toutes les semaines en éliminant la couche de break au passage (mucilages et débris). Pourquoi remuer si souvent ?

NB G.:  Cette eau même claire n'est pas pure et est saturée en éléments dissous. Si on laisse l'eau plusieurs semaines sans y toucher, le mucilage est en permanence remis en solution à chaque agitation (il faut en effet agiter fortement plusieurs fois par jours (au moins une fois) , durant les 6 semaines) , puis durcit comme du savon et devient plus difficile a éliminer...

6. Après semaines 5 à 6, recommencer mais sans le sel jusqu’à la semaine 8. Je serai fin octobre d'ici là.

NB G.:   La fin du traitement c'est quand la quantité de mucilage qui se forme d'une semaine à l'autre devient faible. évidemment si vous n'en avez pas dès le début, on se base sur la clarification de l'huile qui doit être plus transparente qu'au début semaine 1 etc... C'est assez empirique. J'arrête parfois à la semaine 5. S'il s'agit uniquement de laver l'huile et que votre huile est déjà très propre, on peut laver en deux jours comme Tad le fait... Les semaines sont nécessaires pour vieillir l'huile, lui donner une propriété plus siccative "de vernis". Au sujet de la vitesse de séchage, Tad trouve que l’huile avec de l’eau salée sèche beaucoup plus vite que  le mélange éthanol-huile; je confirme. Si vous trouviez l'inverse c'est que autres paramètres en jeu chez vous (par exemple la pompe aquarium).