Couleurs d'étoiles

Un blog exploratoire

plus

Clarifier l'huile - notes de lecture du livre de Louis Velasquez - page 5

Ou la peinture véritablement non toxique

Louis Velasquez et  Tad Sturgeon sont peintres et redécouvreurs des secrets des Anciens. Louis Velasquez (Non ça ne s’invente pas, c’est son nom !  cso - http://www.calcitesunoil.com/)> se concentre sur la version non-toxique (sans résines et sans solvants) de Van Eyck, Rubens, & Cie. De l’huile et basta. Même pas de résine. >

Tad utilise tout, y compris les mediums sans résine. C’est en 1998 que des chercheurs ont pu détecter par analyse des peintures que les Anciens n’utilisaient que de l’huile et une protéine : mais laquelle ? De l’œuf (le blanc), du lait ou de la colle de peau de lapin (hypothétique, car impossible en réalité) ?   On a aussi détecté l'ajout de craie.>

LV lave son huile vppf, comme Tad, mais il a aussi inventé ou réinventé une façon d’appliquer les couches. Plus besoin de résines et autres fantaisies pour produire les superbes glacis de nos aïeux, dit-il. Un peu de cervelle, un peu de technique, beaucoup d’art : oh, que j’aime ! On pourrait ainsi produire des empâtements riches, utiliser de l’huile épaisse qui ne coule pas, sécher un tableau en 30 heures, ne plus trop se préoccuper du gras-sur-maigre, etc. >

Pour jouer sur la viscosité, on mélange le medium avec de la craie de champagne (ou blanc de meudon). Le medium reste parfaitement transparent, les couleurs sont magnifiées car, dans l’huile, la craie est transparente (ce qui n’est pas le cas dans l’acrylique).Tad a renommé son médium « putty » ce qui signfie « medium gel» ou mastic.  >

Donc : pas besoin de résines, ni de solvants pour une belle peinture à l’huile, uniquement l’huile et ses variantes. Le coeur de la méthode: partir d'une huile "raffinée" maison. >

On ajoute ce medium à des pigments ou à des peintures en tube, on obtiendra une viscosité différente selon le medium, le pigment, etc. . On peut aussi se passer de solvants et garder les pinceaux dans un bac d’huile à l’horizontale, comme les Anciens. >

14.9  Technique de LV pour l'huile des Anciens.

Pour produire l’«  huile des Anciens » (calcite Sun Oil selon ses termes) Louis Velasquez propose >

1/ d’épurer l’huile de ses déchets(par plusieurs méthodes, comme alcool/psyllium ou cso-gel ou encore sa technique Pacheco modernisée), ce qui dure d’un jour à dix jours ; >

puis 2/ de claircer et épaissir au soleil ou sur palette chauffante (pour l’hiver ou les pays du Nord) : durée de dix à trente jours>

Procédure épure version psyllium/alcool version 2012 – durée dix jours – page 156 du livre II de LV>

Mélanger 1/10è litre d’alcool à 40-50° type rhum, gin ou vodka (pas d’alcool dénaturé,  il faut que la boisson contienne encore de l’eau, dit-il) à 50g de psyllium entier ou en poudre. Laisser s’imprégner 5 minutes pour que le psyllium capte l’eau de l’alcool. C’est l’éthanol qui séparera le mucilage de l’huile. Mixer ensuite vigoureusement avec ½ l d’huile de lin vppf bio (au blender ou en secouant à la main). Verser dans un ramequin de 25cm de diamètre, sur une hauteur de 5cm max. Laisser reposer dehors, sous une plaque de verre, DIX jours. Filtrer en plaçant une boule de coton au fond d’un entonnoir, sans trop compacter. >

NB. Pourquoi acheter du gin à 10 euros le litre alors que de l’éthanol, non toxique (il doit confondre avec le méthanol), coûte 3 euros le litre et que j’en utilise deux fois moins puisque je le dilue de 50% d’eau ? C’est un rapport de 1/8ème… du prix.
NB 21.9 J’ai eu la réponse par G. >

Procédure LV claircer – épaissir>

Dès que l’huile est épurée (sa technique d’un jour ou sur dix jours), il est temps de la claircer et de l’épaissir.>

Claircée soleil à l’extérieur. Verser 2, 5cm d’huile dans un ravier porcelaine blanc,  protégé par une plaque de verre, qui laissera entrer de l’air mais pas l’humidité, les insectes et les résidus. Placer la plaque de verre sur des bouchons, par exemple. Remuer l’huile une à deux fois par jour. Elle est prête après 15 à 30 jours, selon ensoleillement.>

Claircée palette chauffante (non testé). Hors pays ou période de soleil, une nouvelle technique de LV combine lumière, chaleur, oxygénation et durée : placer l’huile épurée dans un ravier porcelaine, hauteur d’huile maximum 5cm, sur une palette chauffante (je prendrai celle que j’utilise pour l’encaustique) réglée pour que l’huile ne dépasse pas 46°C. Ne pas couvrir d’une plaque de verre, mais s’assurer que l’humidité ne peut entrer dans l’huile. Pratiquer dans un endroit ventilé. Remuer l’huile deux fois par jour de 15 à 30 secondes. Elle est prête après 11jours, sans même ensoleillement, selon ljui.>

Pompe aquarium

Encore plus rapide. Insérer dans le ravier d’huile le tube d’un aérateur d’aquarium (7.50 euros chez l’aquariophile du coin), qui tourne non stop. L’huile sera prête encore plus vite . Selon lui les rayons solaires blanchissent l’huile et la pompe polymérise l’huile. Sur son site LV mentionne tenir cette découverte de son contact René Benvenuti. En cinq jours  de pompe 24h/24h (sans chauffe), l’huile se viscosifie un peu et est toute claire (soleil californien). J’ai essayé au grenier, l’huile s’est ambrée ! Ceci dit, elle est plus dense (une demi stand oil). Il écrivait (je traduis) : « Avec cette technique CPC, l’huile sera plus jaune qu’en claircée soleil, mais elle redeviendra transparente en mûrissant. » Voilà deux mois pile que l’huile aérée est au grenier, appuie de fenêtre pleine lumière, elle a pas bougé d’un poilinou…  J’abandonne la piste LV, c’est trop fantaisiste. Je garde quelques bonnes idées, comme ses mediums d'encouchage (plus tard). >

Viscosité des huiles>

xx