Couleurs d'étoiles

Un blog exploratoire

plus

      

30.11 Encaustique sur panneaux: tests

L'avantage de l'encaustique: on peut recycler les anciens essais en les faisant fondre, on récupère la matière. Chouette pour une mamie écolo...

J'ai donc fait fondre des essais d'il y a deux ans et je repars à blanc pour des tests de techniques diverses. Tous ceux-ci vont être refondus aussi par un petit coup de chalumeau, car mon travail final sera bien plus sobre: je vise juste la transparence et la lumière des couleurs, changeante selon l'angle. Je pense le faire sur du plexiglass comme Scott Reily, ce sera encore mieux pour la transparence.

fond: une feuille de papier japon 30g avec écriture en teinture végétale, collée par couche de cire

les autres encaustiqueurs la collent d'abord à l'acrylique, je vais voir si ça tient

comment? je le mets au congélo 24h, je le sors, je le tape sur la table, si ça tombe: c'est raté!

Les marques blanches: au stylus.

 

Même technique pour inclure une feuille de mon papier fait main, rustique (cannes de provence), avec tampons XIXe de la maison de l'impremerie.

Idem mais avec papier plus subtil et tampon idem

Les barres de couleur: délimitées par scotch absorbant, appliqué quand bien froid et pas trop frottés trop fort (sinon en les retirant on part avec de la matière).

Il faudrait théoriquement appliquer d'abord un peu de medium transparent pour éviter les débordures. J'ai appris ça en le faisant, ici c'est vraiment pas nickel partout.

Intégré du papier dentelle synthétique de chez Schleiper (nom?) sur lequel j'avais imprimé un de mes textes pseudo-villeglé (en lino, encre akua). Tampons sur feuille japonaise faite à la maison de l'imprimerie, très fine.

Testé d'insérer de l'huile Blockx dans les traits gravés (vert), bleurks! Comme le papier n'est pas loin en dessous dans les couches, l'huile a pris tout de suite, pas moyen de la la nettoyer comme d'habitude (au chiffon, puis à l'huile, ce qui ne garde que l'huile dans les traits).

Toujours tampons XIXe sur papier japon, mais cette fois-ci j'ai tenté de frottiner avec des pigments secs (je ne vais tout de même pas acheter une fortune des panpastels, vantés avec tant d'enthousiasme par tous ces richissimes conseilleurs de l'encaustique....). Affreux. Faudrait les mouliner bien plus finement et leur ajouter une charge (talc?) + les appliquer au tampon et pas au doigt.

Testé transfert d'image imprimée laser n&b sur papier d'étiquettes (brillant gras): papillons haut et bas. OK, mais il faut que la surface soit très très lisse (au fer à repasser), sinon ne prend pas.

gauche milieu: testé d'intégrer impression sur feuille de papier chinois un peu plus épaisse. Nul, il cache tout ce qui a en dessous. Essayé de retirer une partie, en vain.

Intégré images couleur, imprimée Epson pigments sur papier de soie (gauche: yeux de poissons; milieu: moule - hihi faut que je décrive, on voit rien). Idem surface lisse. +++ papier de soie disparaît plus ou moins (les bords sont encore visibles).

Intégré en milieu de couches une de mes gravures sans solvants (coquelicot). OK, techniquement, mais papier trop gros (arches 88 , 300g je crois), on perd la transparence.

Gauche, ligne jaune: fil de laine trempé en cuve d'encaustique (pour que reste bien droit) et appliqué. La couleur est préservée, je pourrais faire une petite collection de mes tests de teintures végétales en tableau encaustique...